YES TO A EUROPEAN FEDERAL STATE - OUI A UN ETAT FEDERAL EUROPEEN - JA ZUM EINEM EUROPAISCHEN BUNDESSTAAT

 

De | En | Fr | It |
Appeal | Appel | Appell | Appello | Oproep |
Committee | Comité | Komitee | Comitato |
De | En | Fr | It |
The Federalist | Il Federalista |

Manifesto du Comité d'action pour l'Etat fédéral européen
OUI A UN ETAT FEDERAL EUROPEEN!

L’Europe possède de grandes ressources et un grand potentiel, mais son futur est menacé par des difficultés et des incertitudes. En dépit de tous les progrès accomplis en plus de 50 ans d’intégration européenne, l’Europe est encore impuissante face aux défis mondiaux pour assurer la paix et la sécurité et pour promouvoir un meilleur développement. Elle a du mal à assurer la croissance, la compétitivité et l’innovation dans l’économie européenne. L’Euro est un facteur important de cohésion à l’intérieur d’un groupe d’Etats européens, mais – puisqu’il reste une “ devise sans un Etat ” - il ne peut pas développer tout son potentiel ni pour l’économie européenne, ni sur le plan mondial, et même sa pérennité ne peut pas être considérée comme assurée.
Le temps de compléter le processus de l’unification politique européenne, commencé il y a plus de 50 ans par les Etats fondateurs de la première Communauté Européenne, est en train de s’achever. La tendance au déclin et à la décadence de l’Europe ne peut pas être renversée par l’association d’Etats qu’est l’Union Européenne d’aujourd’hui. Il est urgent de revenir à l’inspiration originelle des pères fondateurs de l’Europe et de résumer le dessein d’une Europe politique. Seule la naissance d’un Etat fédéral européen, avec un gouvernement totalement souverain dans les domaines des affaires étrangères, de la sécurité et de la défense, ainsi que dans les matières économiques et fiscales, donnerait le coup de barre dont l’Europe a besoin. Aujourd’hui, par contre, il n’est pas possible de transformer d’un seul coup l’Union en un Etat fédéral – tout simplement parce que plusieurs de ses Etats membres ne seraient jamais en position de l’accepter. Le passé nous a donné l’exemple – surtout avec la création de monnaie unique - que seule une initiative d’un groupe pionnier d’Etats membres agissant en avant-garde et montrant le chemin aux autres permet de sortir d’une telle impasse.
Dans son Mémorandum du 3 mai 1950, Jean Monnet rappelait que “De quelque côté qu’on se tourne, dans la situation du monde actuel, on ne rencontre que des impasses… . Il faut changer le cours des événements… . Des paroles n’y suffisent pas. Seule une action immédiate portant sur un point essentiel peut changer l’état statique actuel. Il faut une action profonde, réelle, immédiate et dramatique qui change les choses et fasse entrer dans la réalité les espoirs auxquels les peuples sont sur le point de ne plus croire”. C’est de ça dont l’Europe a besoin aujourd’hui. Une avant-garde d’Etats devrait décider d’avancer et créer un “ noyau fédéral ” à l’intérieur de la plus large “ confédération ” représentée par l’Union élargie de 25 – ou encore plus – Etats membres. Jean Monnet ajouta, dans les années 70, que “la Commission économique européenne, le Conseil, l’Assemblée, la Cour sont certes un modèle pré-fédéral, mais non les organes mêmes de la fédération politique de l’Europe qui naîtrait d’un acte créateur spécifique exigeant une nouvelle délégation de souveraineté… Là, il faudrait à nouveau inventer”. Les Etats qui ont fondé la première Communauté Européenne – et surtout la France et l’Allemagne – ont la responsabilité historique particulière de promouvoir un tel nouvel “ acte créateur ”. Ils devraient faire ça en proposant un pacte fédéral pour mettre en commun leur souveraineté et créer le noyau initial d’un Etat fédéral européen à l’intérieur de l’Union Européenne plus large, ouvert à tous les Etats européens qui voudront y adhérer et rejoindre une telle proposition. Ce noyau montrerait aux Européens la route de l’unité, en travaillant comme un aimant pour tous les Etats européens qui souhaiteraient s’ajouter plus tard. De cette manière, les citoyens européens commenceraient à prendre leur destin dans leurs propres mains.
Pour défendre ces idées et promouvoir ces objectifs à travers l’Europe, nous, militants dans diverses organisations pro-européennes et fédéralistes dans plusieurs Etats, nous fondons et rejoignons le Comité d’Action pour un Etat Fédéral Européen.